Un nouveau défi pour le Think Tank Économie santé : comment être original, percutant, pragmatique et utile

Le Think Tank Économie Santé du groupe les Echos va débuter son neuvième cycle.

Réunissant une cinquantaine d’acteurs et des professionnels de santé d’horizons différents ce groupe de réflexion se propose de participer de manière horizontale et indépendante à la transformation de système de santé. Pour qu’il réponde aux besoins de santé de la population, en forte évolution du fait de la transition démographique, du bouleversement épidémiologique et des révolutions technologiques, désormais bien décrits.

Par manque d’anticipation et du fait d’erreurs magistrales (dont l’exemple le plus flagrant est les excès du numerus clausus), le système de santé est sous une tension sans précèdent, tant pour les patients qui ont des difficultés d’accès aux soins que pour les professionnels. L’embellie des comptes de la Sécu est une opportunité pour mener à bien les adaptations de fond nécessaires pour plus de qualité pour chacun et de bien être pour tous. Le nouveau slogan « Tech for Good » (Innover pour le bien commun) porté par les plus hautes autorités de l’Etat en est une autre à condition justement de ne pas rester à l’état d’incantation.

Chaque année, le Think Tank Économie Santé publie une Reco qui se veut originale et pragmatique, percutante et libre, décisive et utile. Une gageure. Retour en arrière. Les prises de position passées  - depuis 2012 - montrent bien le chemin parcouru non pas tant par ce groupe de réflexion mais par les progrès  de la connaissance et la maturation des esprits. Une nouvelle étape ainsi commence, qui repose sur la mise en application agile et intelligente de ce corpus de savoir partagé par le plus grand nombre et que chacun doit s’approprier, en dépit des habitudes et aussi des désillusions. Là est toute la question.

2012. La Reco est en cinq points :

  • Faire de La santé et de son financement un grand débat public
  • Impliquer et responsabiliser les professionnels
  • Anticiper la mutation stratégique des établissements hospitaliers
  • Mieux gérer les maladies chroniques
  • Organiser et financer la prévention

2013. Une nouvelle organisation des soins et une plateforme territoriale de coordination, pour améliorer la qualité de vie des plus de 75 ans vulnérables et pour optimiser les dépenses sanitaires et sociales, publiques et privées

2014. Quatre mesures pour améliorer la coordination des soins :

  • Identifier et rémunérer sans ambiguïté le coordonnateur des soins et faire de la rémunération des professionnels et de la facturation des établissements deux leviers majeurs
  • Développer une politique territoriale contractuelle et donner aux agences régionales de santé (ARS) les moyens d’agir
  • Recenser les initiatives, labéliser et promouvoir les plus efficaces, informer les patients
  • Développer des solutions technologiques appropriées à cet objectif : le dossier informatisé de coordination des soins (DICS)

2015. Donner aux établissements hospitaliers les moyens de faire des économies en s’appuyant sur trois principes :

  • Le pouvoir politique ne doit pas entraver la recherche d’efficience des établissements hospitaliers
  • Les équipes de direction générale et médicale doivent être mobilisées par une réelle autonomie de gestion
  • Le public doit être informé en transparence totale

2016. Que la santé fasse partie des débats de l’élection présidentielle de 2017 en déclinant quatre thématiques de préoccupation des Français :

  • « Comment m’orienter dans le système de soins ? Comment m’assurer de la qualité des soins que je recevrai et que je serai pris en charge par l’équipe médicale la plus adaptée à mon cas, près de chez moi ? Pourrai-je bénéficier de la dernière innovation ? »
  • « Comment puis-je être sûr que les spécificités de mon territoire seront prises en compte, que près de chez moi je serai bien soigné ? »
  • « Comment les nouvelles technologies (numérique, génomique, médecine personnalisée, prédictive, santé connectée) seront une aide et non un facteur de complexité et d’inégalités ? »
  • « Comment ma santé est-elle financée ? » Combien serai-je remboursé ? »

2017. Pour des soins de qualité, agir efficacement sur les tarifs :

  • Convaincre que le levier financier peut débloquer de nombreuses situations
  • Adapter la gouvernance
  • Impliquer les professionnels et les patients
  • Privilégier le volontariat
  • Territoire et contractualisation
  • Investir massivement sur les systèmes d’information

2018. Mobilisons l’innovation pour réduire les inégalités de santé :

  • Impliquer tous les acteurs de santé
  • Inscrire la lutte contre les inégalités de santé dans toutes les politiques publiques d’innovation en  santé
  • Introduire dans les systèmes d’information la mesure d’impact sur les inégalités de santé des innovations entreprises
  • Réduire les hétérogénéités de pratique et les écarts de prise en charge
  • Renforcer dans chaque territoire la lutte contre les inégalités de santé grâce aux innovations
  • Accompagner les personnes les plus éloignées de la prévention

2019. Huit préconisations pour améliorer la Pertinence en santé

 

Le Think Tank Économie santé va dans les semaines qui viennent déterminer son thème de travail pour les neuf mois à venir de manière consensuelle et déterminée.

0 commentaire

Aucun commentaire.

Partager
POSTER UN ARTICLE
Les partenaires du
think tank