Santé et Médecine : le fossé s’accroît entre les défis d’aujourd’hui et les solutions de demain

Epoustouflant ouvrage, « La Santé et la Médecine »* propose un regard à la fois diversifié, éclectique, historique et prospectif sur le rôle de la médecine dans la santé, rien de moins que cela. Mais le plus extraordinaire n’est point là. La comparaison des « défis d’aujourd’hui » aux travaux de recherche pour « soigner demain » pointe le fossé abyssal qui se creuse entre la réalité et les fantasmes, à tout le moins si l’on en croit ce qui est exprimé. Une belle leçon d’humilité et en fait un appel au sursaut.

Dix mille ans av. JC on pratiquait la trépanation, le plus ancien traité médical date de 1 600 av. JC … mais passons sur le passé même s’il est édifiant : avant ce n’était vraiment pas mieux, la variole, la grippe espagnol, la peste qui « a fait trembler le monde », la tuberculose, les hôpitaux conçus pour isoler les malades dans un souci de protéger la société, la maladie mentale « surnaturelle et incompréhensible » avant le XIXème siècle et plus récemment les ravages du SIDA … ces descriptions montrent le chemin parcouru.

Les « défis d’aujourd’hui » sont clairement identifiés et donnent le vertige quand on les compare à ce qui mobilise les énergies des chercheurs, telles que décrites ici et qui paraissent déconnectées du réel.

Les défis, ce sont l’explosion des maladies chroniques, les maladies rares, la résistance bactérienne aux antibiotiques qui est « un réel danger », l’inquiétante progression des troubles addictifs, le burn out, la dépression, la maladie d’Alzheimer, la prévention en particulier par l’alimentation et sans oublier le « bien mourir ».

En regard de ces sérieuses préoccupations, les principes du « soigner demain » se focalisent sur le profilage génétique, le patient numérique, la modification du patrimoine génétique, les nanomédicaments, les organes de rechange pour tout réparer, le robot androïde comme aide-soignant, l’intelligence artificielle (ici remise à sa juste place, loin des délires de quelques illuminés) et enfin la vie qui n’aurait pas de fin. Peu de réponses probantes aux problématiques d’aujourd’hui.

Cet exceptionnel ouvrage qui développe bien d’autres thématiques et ouvre le débat est le reflet de notre monde : le diagnostic est raisonnablement posé mais plutôt que de tenter de trouver les solutions en mobilisant tous les acteurs dans l’intérêt du plus grand nombre on préfère par facilité et intérêt inavoué se réfugier dans des expectatives aussi abracadabrantesques qu’improbables. Ce n’est pas simplement dommage, c’est dangereux car l’attention et les moyens se focalisent sur l’illusoire qui certes peut faire rêver mais qui risque en outre d’accroitre les inégalités de santé.

*La santé et la Médecine. Le Monde HORS-SERIE. 188 pages ; 12€.

2 commentaires

Anne-Marie Cailloux

21 septembre, 2017

Votre regard sur le progrès médical a l'extrème avantage d'être modeste, et très bien documenté.
Merci

Anne de Danne

21 septembre, 2017

Analyse éclatante de justesse. À lire absolument

Partager
POSTER UN ARTICLE
Les partenaires du
think tank