Reco 2016 : Que la santé fasse partie des débats de la prochaine élection présidentielle !

 

La Reco 2016 du Think Tank Economie Santé est simple dans son expression : « Que la santé fasse partie des débats de la prochaine élection présidentielle ». Ce qui n’a jamais vraiment été le cas jusqu’à présent, il faut bien l’avouer. Pour parvenir à leurs fins les membres du Think Tank Economie santé ont développé de solides arguments. Et surtout ils proposent une méthode originale, en quatre temps.

Placer la santé au cœur des prochaines campagnes électorales est capital car le reproche principal fait à la politique de santé au cours du quinquennat actuel, c’est l’insuffisance de réformes de structures, même si la ministre de la santé s’en défend. Le coup de rabot est privilégié, censé être moins douloureux, mais qui met les professionnels sous pression. Or une réforme de structure ne peut être réussie que si elle annoncée et largement débattue en amont et ainsi partagée, justement au moment de la campagne électorale. Et surtout si elle est mise en perspective et porteuse de sens. La mise en œuvre pourra ainsi être prompte après les élections, autre condition du succès. L’art de l’exécution est ici essentiel.

C’est donc ce à quoi s’est attaché le Think Tank Économie Santé, en évitant deux écueils. D’abord celui de tomber dans le confortable « y a qu’à » avec une succession de propositions toutes pleines de bon sens mais inapplicables et reposant sur des vœux aussi pieux qu’irréalistes. Le second écueil serait de se cantonner à un débat technique pour les happy-few et les experts, là aussi frappé au coin de l’évidence mais qui resterait coincé dans le camp des spécialistes et n’aurait aucune vertu mobilisatrice.

Le Think Tank Économie Santé, indépendant et ouvert sur la société, se situant dans une perspective d’intérêt général - ce dernier ne se réduisant à la somme des intérêts particuliers – propose une méthode singulière afin de clarifier le débat : partir des interrogations et inquiétudes des patients et des Français pour impliquer les responsables politiques …. sans échappatoires possibles.

Cette vision complètera les plateformes et autres catalogues de mesures qu’ont commencé à élaborer les fédérations hospitalières, syndicats médicaux et ordres professionnels, etc.

L’objectif du Think Tank Economie santé est d’être original, transversal et pragmatique.

Car le statu quo n’est plus possible. En quatre ans, depuis les dernières élections présidentielles, la donne a complétement changé. L’innovation technologique met sous pression en le complexifiant le système de soins. Le numérique, la médecine génomique de précision bientôt personnalisée, les Big Data, la santé connectée, les progrès thérapeutiques, etc. s’ajoutent au vieillissement de la population et à la croissance des pathologies chroniques pour créer une situation explosive.

Ce diagnostic est largement partagé. La partie n’est pas pour autant gagnée. La conviction des membres du Think Tank Économie Santé est forte mais il s’agit de convaincre les politiques, là où ils risquent d’affronter l’incompréhension et le doute de l’Opinion publique. Car les Français, de prime abord,  ne sont pas si mécontents du système de soins.  84% le considèrent de bonne qualité. Tous les sondages sont concordants sur ce thème. Mais l’édifice se fissure. 63% d’entre eux (et 82% des médecins) ont le sentiment d’une dégradation depuis 10 ans, 46% déclarent avoir dû renoncer à des soins de santé en raison des délais pour obtenir une consultation, 69% sont pessimistes quant à l’avenir du système de santé et de la protection sociale en France, 64% disent qu’il faut l’adapter en réalisant certains aménagements et 53%  que ce n’est pas une priorité pour les pouvoirs publics.

Pour viser juste et impliquer les responsables politiques il a été décidé de procéder en quatre temps :

-          D’abord partir des préoccupations principales des Français telles qu’on peut les percevoir

-          Analyser les conséquences en termes d’organisation des questions posées, en s’appuyant sur les très nombreux rapports, études, livre blanc et documents parus sur ce thème

-          Proposer les principales décisions à prendre pour répondre aux interrogations des Français. En les formulant de façon simple et tranchée pour qu’elles soient accessibles à tous

-          Et enfin soumettre dès à présent ce constat à deux responsables « santé » des deux principaux partis politiques, Arnaud Robinet (Les Républicains) et Olivier Veran (Parti socialiste). Avant de demander, quand le paysage se sera éclairci, aux candidats de se positionner.

La santé, une valeur positive en politique

En fait, l’objectif du Think Tank Economie santé, c’est de démontrer que la santé est une valeur positive en politique. Pour la santé de tous et de chacun bien sûr mais aussi pour la croissance économique et donc les cotisations sociales via les produits de santé (médicaments, dispositifs médicaux, objets connectés, algorithmes, intelligence artificielle, etc.) et la valorisation de l’accueil des patients étrangers solvables (Rapport de Jean de Kervasdoué, 2 Md€ et 30 000 créations d’emploi en cinq ans, mars 2015. Note de France Stratégie également mars 2015).

Aborder simplement et concrètement les questions de santé est un atout fort pour tout candidat. Face à l’inquiétude des Français sur l’un des sujets qui leur est le plus proche, le fait que les postulants à la fonction suprême en fassent une priorité, se positionnent et surtout expliquent leur vision de l’avenir de la santé en France sera un élément déterminant du choix que nos concitoyens feront.

Le candidat qui ne fera pas l’impasse sur la santé, qui répondra avec force, conviction, clarté et engagements aux interrogations des Français sur l’organisation de la santé, leur expliquant les grandes mesures qu’il propose dans l’intérêt de chacun et de tous ne pourra que renforcer l’adhésion.

La santé est un formidable moteur de cohésion sociale porteur de sens et de croissance économique à un moment où chacun doute de l’avenir.

0 commentaire

Aucun commentaire.

Partager
POSTER UN ARTICLE
Les partenaires du
think tank